temp3
Dates:
Auteur:André Malraux
Mise en scène:Jean-Claude Idée
Adaptation:Emmanuel Dechartre
Avec:Emmanuel Dechartre et Bernard Marbaix
Organisation:CCU et Universités Populaires du Théâtre
Entracte:Non
Événement gratuit
UNIVERSITES POPULAIRES DU THEATRE - Les chênes qu'on abat

« Les chênes qu’on abat » d’André Malraux
Le dernier dialogue de Gaulle-Malraux en 1969


Pour les UPT, à la suggestion de Jacques De Decker, Jean-Claude Idée a voulu évoquer sur scène l’essentiel des propos échangés lors de la dernière entrevue en 1969 entre ces deux hommes, que Malraux a retranscrits dans « Les chênes qu’on abat »(Gallimard). Ces propos permettent de mieux cerner la pensée, les aspirations, les raisonnements du Général de Gaulle qui l’on conduit vers son destin, lui qui fut le plus grand homme d’état français du XXe siècle et ceux d’André Malraux qui fut-entre autres-son Ministre de la Culture.

Le spectacle
Malraux rêve. Il rêve à la dernière rencontre qu'il a eue avec Charles de Gaulle quelques mois avant sa disparition. De la Boétie, Montaigne disait : « C’est mon homme ». On pourrait utiliser la même formule pour définir l’amitié que vouait Malraux à de Gaulle. Dans cet ultime dialogue « reconstitué », de mémoire, Malraux essaie de faire la synthèse de la relation complexe qui a nourri les deux hommes. Tous deux hommes d’actions dans la guerre, hommes politiques dans la paix mais écrivains quoi qu’il advienne !

Leur dialogue au seuil du tombeau évoque toute l’histoire de notre civilisation de l’Antiquité à mai 68. L’avenir qu’ils évoquent, pressentent et devinent nous apparaît comme étonnement prophétique. Ils ont en effet, de l’Europe à la mondialisation, en passant par les guerres de religions à venir, une vision qui se vérifie hélas parfaitement aujourd’hui. Mais outre leurs échanges sur le communisme, la Résistance, Napoléon, Kennedy, Mao, le Tiers monde, la bombe atomique, la jeunesse, la démocratie, l’Histoire ou la politique, plus que tout, leur dialogue parle de la vie, de la mort, de Dieu, du sens très relatif des actions humaines face à l’éternité. de Gaulle était catholique et Malraux agnostique. Au soir de leur vie, ils regardent tous deux la neige tomber en évoquant les vers de Victor Hugo : « Dieu, quel funeste bruit font dans le crépuscule les chênes qu’on abat… ».

Le débat après la lecture-spectacle : Alain Malraux, neveu et fils adoptif d’André Malraux participera au débat avec la salle, animé par Jean-Claude Idée

Entrée gratuite mais réservation indispensable au 02/374.64.84 de 12h à 18h (sauf le dimanche) ou reservation@ccu.be

Restez informé !

Pour recevoir notre newsletter:

Wolvendael Magazine

lire le magazine en ligne

LA SAISON
avr 2015 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
Rentrée de vacances !

La billetterie est rouverte.
>> Lire la suite