Edito d'Art  « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends" - Nelson Mandela

C’est avec grande joie que nous recevrons sur la scène du CCU « Meilleurs Alliés » de Gaulle-Churchill et leurs interprètes dans les rôles-titres : Pascal Racan et Michel de Warzée. Ces deux acteurs belges ont séduit le public parisien en incarnant ces personnages cultes,  mis en scène par Jean-Claude Idée, et ce pendant près de 4 mois. 107 représentations et le public en redemandait. Une presse élogieuse. En un mot, une vraie victoire ! Cocorico, même si nous n’y sommes pour rien. Félicitations à tous les trois. L’auteur français Hervé Bentegeat cherchait depuis dix ans des comédiens capables d’incarner de manière crédible les héros de la guerre 40-45. Il les a enfin trouvés. Un Ucclois et un Ixellois de souche!  Ce spectacle nous transporte à Londres en juin 1944, à la veille du débarquement en Normandie qui mènera à la victoire sur l’occupant, une victoire historique celle-là, mettant un terme à des années de guerre et de résistance. de Gaulle vient d’être prévenu de l’opération. Il est furieux.  Churchill ne veut pas qu’il s’en mêle. Les deux dirigeants s’affrontent ! Ne ratez pas cette représentation le 20/2. La dernière programmée en Belgique. 

« Le temps qui reste » vous plongera dans les réflexions et les envies, surprenantes parfois, de quatre amis, trois hommes et une femme, qui viennent de perdre un cinquième, la cinquantaine à peine, et s’interrogent sur la vie, leur vie, le temps qui passe toujours plus vite que l’on ne croit, et ce qu’il convient d’en faire. Une comédie signée Philippe Lellouche, qu’il jouera dans le cadre de notre Omnithéâtre au CCU avec ses complices Christian Vadim, David Brécourt et Noémie Elbaz. Le 23/2.

Vous aurez deux occasions de mieux connaître Madame de Staël (1766-1817). Le 24/2, dans « l’Empereur et l’Insoumise », l’auteur Hippolyte Wouters, dont la joliesse de la plume n’a d’égal que l’esprit facétieux, situe dans l’Olympe une conversation entre cette femme de lettres, qui sera incarnée par la délicieuse et fine Brigitte Fossey, et Napoléon, conversation certes imaginaire mais basée sur leurs relations bien réelles d’ennemis historiques. Le 1/3, c’est avec l’Université Populaire du Théâtre que nous vous convions à parcourir la vie de Germaine de Staël, fille de Necker, ministre des finances de Louis XVI, qui évolua entre salons littéraires et politique, dut fuir la Terreur, connut l’exil, fréquenta Talleyrand, Chateaubriand, Benjamin Constant et bien d’autres et se forgea à l’ombre des Lumières une réputation de femme d’influence et de femme libre, bien en avance sur son temps.

Nul n’ignore que femme de lettres et femme libre, Simone de Beauvoir (1908-1986) l’était aussi. C’est avec assurance et gaieté que Brigitte Baldou faire revivre au public le parcours de celle à qui son père disait « tu as un cerveau d’homme » et à laquelle on doit les mots bien connus « on ne naît pas femme, on le devient » et qui écrira « Le deuxième sexe ». L’enfance, l’adolescence, la licence en philo, la rencontre de Sartre, la vie amoureuse et intellectuelle,  les grands combats de l’existentialiste de Beauvoir, dont la participation au mouvement de libération des femmes dans les années 70, tout est évoqué, conté, incarné de manière à la fois intime, vivante et joyeuse par cette artiste française que vous découvrirez avec plaisir le 27/2.

Marguerite Yourcenar (1903-1987), contemporaine de Beauvoir, ne se compare à personne. Sa hauteur de vue, son ton unique et quelque peu affecté, parlé comme écrit, la situe hors catégorie. Impériale, elle plane et jette un regard tantôt amusé, tantôt condescendant, tantôt compatissant, mais toujours d’une rare lucidité sur les choses de la vie, sur la nature, sur le genre humain, nourrissant son jugement dans l’histoire antique, les mœurs de civilisations d’ici ou d’ailleurs ou le quotidien.  « Alexis ou le Traité du vain combat », un texte sublime d’élégance et de psychologie, démontre l’intelligence brillante de cette auteure hors normes et sa capacité à se mettre dans la peau d’un homme. A voir, absolument, le 2/3.

Le 6/3 nous rendrons un hommage exceptionnel à Jacques Brel, en complicité avec sa fille France et des films de deux de ses concerts les plus importants. Enfin, le 8/3 c’est Kennedy qui sera sous les feux de la rampe, dans une très belle interprétation d’Alain Leempoel. Nous y reviendrons.

Oui, l’actualité est dense au CCU. Aller au théâtre, c’est comme pratiquer un sport, cela fait du bien. Alors, pourquoi s’en priver ? Gageons en tout cas, qu’outre le plaisir que vous y éprouverez, vous ne perdrez pas votre temps  au CCU et que vous y apprendrez suffisamment que pour avoir envie d’y revenir...

Jacqueline Rousseaux,

Présidente du CCU

Restez informé !

Pour recevoir notre newsletter:

Wolvendael Magazine

lire le magazine en ligne

LA SAISON
fév 2018 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
Kennedy - 8 mars
Sexe, pouvoir, corruption, dissimulation, ...
>> Lire la suite