IDA don’t cry me love

Lara Barsacq / Marta Capaccioli / Elisa Yvelin / Marion Sage

IDA don’t cry me love

Lara Barsacq / Marta Capaccioli / Elisa Yvelin / Marion Sage

Irrévérence ! Festival

À l’origine, il y a Ida Rubinstein, danseuse légendaire des Ballets russes, muse de Serge Diaghilev, qui fit sensation à Paris au début du XXe siècle par son charisme, sa beauté et sa présence sulfureuse.

 

 

Sur scène, la danseuse effeuillait son costume et se dénudait : triomphe et renommée immédiats. Par cet acte provocant et libérateur, Ida Rubinstein entrait dans l’histoire de la danse, de la performance et du féminisme. Un siècle plus tard, Lara Barsacq va à la rencontre de la muse qui constitue pour elle une source intacte d’inspiration et s’entoure de deux autres danseuses. Sur scène, les trois artistes célèbrent et chantent la mémoire, la gloire, l’absence d’Ida. A sa façon bien à elle, mêlant l’historique et le trivial, le grandiose et l’absurde, les souvenirs personnels et les archives, Lara Barsacq compose une ode à la liberté et aux figures tutélaires qui insufflent énergie et audace.

 

Un hymne à la poésie et à la danse comme invention de soi.

 

Une performance menée à trois (avec Marta Capaccioli et Elisa Yvelin) avec générosité et aplomb. (…) Loin des parfums de naphtaline, cet IDA insuffle une belle vie à ce fantôme, qui se hisse ainsi aux côtés des grandes héroïnes que la danseuse incarna, Cléopâtre, Shéhérazade ou Jeanne d’Arc.

Estelle Sopoto, “Sur les pas d’Ida”, Focus-Le Vif, 10/10/2019